Vignoble Historique

Bon, tout le monde assis, en rang par deux, c’est l’heure de votre cours d’Histoire-Géo ! 

Non, allez, on vous taquine, détendez-vous, et découvrez, en toute simplicité depuis votre canapé, la fabuleuse histoire du vignoble bordelais.

Tout d’abord, chers lecteurs, sachez que les origines du vignoble bordelais datent de l’époque romaine, vers 56 avant J.C (une estimation calendaire non certifiée car trop ancienne) : et oui, notre histoire remonte à des temps que même les plus de 20 ans ne peuvent pas connaître. Malgré les tempêtes historiques et climatiques, l’histoire de la vigne a subsisté en tout temps, preuve s’il en est que c’est bien un composant actif et puissant de notre ADN.  À l’époque, le cépage s’appelle le Biturica, une vigne résistante au froid. Depuis ce moment, vignoble et Histoire sont intimement et définitivement liés, pour le meilleur et pour le pire, se nourrissant l’un de l’autre au fil des décennies. Et les architectes, qui se sont succédés, dans un passage de relais temporel et esthétique, ont nourri les paysages de richesses, que disons-nous, de pépites ! 

 

Et quand nous vous disons que le monde entier est fan des vins de Bordeaux, lisez un peu la suite….

Premièrement, les anglais : passons quelques siècles, et hop, nous voilà directement au moment où les Anglais prennent la main. Ce fameux XIIe siècle est un tournant dans l’histoire de la vigne, puisqu’ Aliénor d’Aquitaine, la fameuse, épouse Henri de Plantagenêt, futur roi d’Angleterre. Ah l’amour… L’amour déplace des montagnes et surtout des bateaux en l’occurrence dans notre histoire, car à cette période naît le commerce fluvial. Et là, le Port de la Lune n’accueille pas des paquebots sous les applaudissements des habitants, messieurs-dames, loin de là : nous sommes dans l’échange commercial pur et dur. 

Puis vient le tour des Hollandais, au XVIIe siècle, qui ADORENT le vin. Et eux, ne se contentent pas du traditionnel Claret, mais réclament aux bordelais du vin blanc. C’est parti pour la diversité de production. 

Au XVIIIe siècle, les îles comme Les petites Antilles sont également destinataires des tonneaux de vin. Cet échange colonial crée une certaine polémique tout autant qu’elle fait la notoriété de Bordeaux. 

Le XXe siècle marque l’époque des appellations, réglementations, qui, on ne va pas se le cacher, aident à se repérer dans cette super production. Ce siècle consacre véritablement Bordeaux comme Capitale mondiale du Vin (nous mettons des majuscules parce que nous sommes chauvins mais aussi réalistes). 

Voilà, chers lecteurs, pour les grandes lignes de l’histoire, sobrement résumées par vos humbles serviteurs. 

Encore une question ? Oui, bien sûr, nous sommes là pour ça. Pourquoi y-a t-il autant de châteaux à Bordeaux ?  Cette histoire est à découvrir ici. 

Et puis, pour finir notre inventaire non exhaustif, des sites iconiques émaillent les terres, dans tout le vignoble : l’Abbaye de la Sauve-Majeure, le château Royal de Cazeneuve, le château de Roquetaillade, sont des exemples parmi tant d’autres de lieux empreints d’Histoire… et d’histoires. Le mieux c’est d’y aller, et d’écouter le récit des aventures de la Reine Margot, du Pape Clément V, d’Henri IV ou encore de Vercingétorix, qui ont le point commun d’être tombés amoureux de nous (enfin, du territoire, vous l’aurez compris). 

Sachez que des hommes et des femmes illustres ont vécu ici et laissé d’innombrables mémoires : Montaigne, Montesquieu, Mauriac, Aliénor d’Aquitaine, pour ne citer qu’eux. 

Allez, bon bain d’Histoire !

Le conseil Pulpe

Ça vous a plu, hein, vous en d’mandez encore ? Eh bien… nous vous avons concocté une petite sélection d’ouvrages pour aller plus loin dans la grande histoire du vignoble et des vins de Bordeaux.

  • Voguent les vins : une histoire bordelaise, de Richard Coconnier, Sonia Moumen, Philippe Prévôt aux éditions Sud-Ouest
  • Les logiques du château, de Michel Réjalot, aux Presses Universitaires de Bordeaux
  • Bordeaux, vignoble millénaire, de Gérard Aubin, Sandrine Lavaud, Philippe Roudié, éditions L’Horizon Chimérique
  • Les Lawton – Une dynastie bordelaise du vin, de Alain Blondy, une co-édition Le Festin/Studio Ausone Mollat
  • 1855, histoire d’un classement des vins de Bordeaux, de Dewey Markham, aux éditions Féret
Sélection de la rédaction

Partagez sur