Le patrimoine UNESCO du vignoble bordelais

Sur les routes du vin de Bordeaux, l’histoire a façonné le patrimoine. On ne compte plus les bastides, village remarquables ou autres châteaux de toutes époques.

Certains, qui constituent un intérêt exceptionnel sont inscrits au patrimoine mondial de. Avec 3 sites majeurs, le vignoble de Bordeaux contribue à faire de la région Nouvelle-Aquitaine, la région Française la plus riche en sites classés par l’UNESCO (7 sites et ensembles de sites).

Du « Verrou Vauban » au « Port de la Lune » en passant par le vignoble de Saint-Emilion, découvrez ici les joyaux du patrimoine bordelais.

Bordeaux depuis rive droite  

BORDEAUX, PORT DE LA LUNE

Bordeaux est classé depuis 2007 au patrimoine mondial de l’UNESCO. Cette inscription est la reconnaissance de la valeur et de l’unité patrimoniale de la ville, qui s’est modernisée au fil des siècles sans rompre avec son harmonie et sa richesse architecturale. 

Avec 1 810 ha, plus de 347 monuments historiques et un secteur sauvegardé de 150 hectares, c’est le premier ensemble urbain distingué sur un espace aussi vaste et complexe.

Bordeaux, joyau architectural du XVIIIe siècle, doit cependant sa splendeur à des architectes de toutes les époques et son charme à ses quartiers vivants et cosmopolites : des rues étroites des quartiers Saint-Michel et Saint-Pierre aux immeubles des années 60 et 70 de Mériadeck, de la Place des Quinconces au très populaire miroir d’eau, la ville a su évoluer avec son temps sans perdre son caractère et son identité.

SAINT-EMILION

A Saint-Emilion, au-delà des étonnants monuments souterrains et de la cité médiévale, c’est l’ensemble des paysages culturels inscrits que vous découvrirez.

Le 5 décembre 1999, la Juridiction de Saint-Emilion et ses 7 846 hectares, dont 5 400 hectares de vignes, obtenaient leur inscription au patrimoine mondial de l´UNESCO, dans la catégorie “paysages culturels”.

Au-delà de la notoriété qu’elle apporte, cette distinction est aussi une chance de préserver et perpétuer cette authentique symbiose entre un terroir, des hommes, une production et l’incroyable richesse patrimoniale qui a accompagné de tout temps la construction et l’évolution de ce singulier territoire qu'est la Juridiction de Saint-Émilion.

Château La Rivière + élément paysage  
Cloitre collegiale  
Saint Emilion depuis les vignes  

LES FORTS VAUBAN

Depuis l’été 2008, la citadelle de Blaye, le Fort-Pâté et le Fort-Médoc sont inscrits, ainsi que onze autres sites du Réseau des Sites Majeurs Vauban, sur la liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Ce classement est la reconnaissance de l’œuvre exceptionnelle d’un homme : Vauban, ingénieur de talent au service de Louis XIV et grand esprit de son temps. La citadelle de Blaye, sur la rive droite de l’estuaire de la Gironde, le Fort-Pâté, petit fortin ovale construit sur une île et le Fort-Médoc, fort carré établi sur la rive gauche, composent un triptyque unique en son genre qui interdisait l’accès de Bordeaux aux escadres ennemies au moyen de tirs croisés.

Le Fort-Médoc et la citadelle de Blaye conservent tous les éléments du système de défense de Vauban : fossés, douves, demi-lunes, portes, remparts, poternes ainsi que les bâtiments indispensables aux soldats qui y vivaient : corps de garde, magasin à poudre, chapelle, casernements… La citadelle possède de plus des souterrains. Elle offre des points de vue magnifiques sur l’estuaire de la Gironde et une balade agréable le long de ses petites rues. Quant au Fort-Médoc, il propose un cadre champêtre avec une vue imprenable sur le Fort-Pâté.

Citadelle de Blaye  
Paysage Fronsac  

LE BASSIN DE LA DORDOGNE,
RESERVE DE BIOSPHERE

Depuis son Berceau en Auvergne jusqu’à l’estuaire de la Gironde où elle se jette, la Dordogne coule tranquillement sur près de 490km. Véritable havre de paix et source d’inspiration pour ses promeneurs, elle constitue un refuge pour les amoureux de la nature, des belles bâtisses et des pratiques sportives. Avec la Garonne, elle donne naissance au plus vaste estuaire d’Europe et possède une biodiversité incomparable.

Pour toutes ces raisons, l’ensemble du Bassin de la Dordogne a intégré le Réseau Mondial des Réserves de Biosphère en 2012 qui rassemble 661 sites d’exception à travers les cinq continents. Cette classification apporte aussi de nouveaux objectifs : protéger la diversité biologique, promouvoir le développement économique et sauvegarder les valeurs culturelles qui y sont associées.

En Gironde, de Sainte-Foy-La-Grande au Bec D’Ambès, nombreuses sont les activités qui y sont proposées : randonnées, canoé, pêche ou encore VTT se pratiquent au fil des ports et villages d’exceptions. Il n’y qu’à choisir !

      

La Cité Frugès  

LA CITE FRUGES - LE CORBUSIER A PESSAC

De son vrai nom Charles-Edouard Jeanneret-Gris (1887-1965), Le Corbusier totalise 17 réalisations inscrites par l’UNESCO sur la liste du patrimoine mondial, au titre de « contribution exceptionnelle au mouvement Moderne ». Véritables témoignages du génie d’un homme, ces 17 créations sélectionnées parmi une cinquantaine, se veulent être un échantillon représentatif de son œuvre sur quatre continents (dont 10 en France).

C’est en 1926 qu’est achevée La Cité Frugès, commandée 2 ans plus tôt par l’industriel Henry Frugès qui souhaite loger ses ouvriers décemment et à faible coût. Ce dernier s’exprime alors en ces termes : « Pessac doit être un laboratoire. Je vous autorise pleinement à rompre avec toutes les conventions ». Le message est clair : réformer l’habitat traditionnel dans une perspective de solidité et d’efficacité. Le Corbusier va ainsi pouvoir appliquer son style épuré : le toit-terrasse, le béton armé, la fenêtre-bandeau ou encore la façade libre seront ses outils. Une cité standardisée de 51 habitations va donc naitre et malgré une inauguration en grande pompe, le résultat ne trouvera pourtant pas immédiatement preneur. L’habitat moderne est là et on s’inquiète des bouleversements à venir…

LES ÉDIFICES RELIGIEUX SUR LES CHEMINS DE COMPOSTELLE

Profitez de votre séjour dans le Bordelais pour découvrir également plusieurs édifices religieux inscrits au Patrimoine Mondial de l’Humanité en 1998 dans le cadre des Chemins de Saint-Jacques.

LE PHARE DE CORDOUAN, prochain inscrit de Gironde ?

Phare de Cordouan + gens  
Phare de Cordouan - Lanterne  
Phare de Cordouan vue aérienne  

Et si le «Versailles des Mers», longtemps utilisé comme représentant du pouvoir royal, était le prochain sur la liste de l’UNESCO ? C’est en tout cas ce qu’espèrent les farouches défenseurs de ce « Roi des Phares », lui qui perpétue la longue tradition de ces vigiles des mers habités par des ermites (il est le dernier!). Conçu il y a 400 ans avec pour ambition d’égaler le phare d’Alexandrie, il fut en tout cas précurseur dans le développement des techniques d’éclairage. Aujourd’hui visible jusqu’à 40km en mer il fut aléatoirement éclairé grâce à la combustion d’huile de baleine, de charbon ou encore de goudron jusqu’à son électrification en 1948.

Sa situation géographique remarquable (8km des côtes de l’estuaire de la Gironde) et sa valeur architecturale sont autant d’atouts qui serviront à convaincre les experts de l’UNESCO. Alors rendez-vous en 2019-2020 pour une éventuelle inscription.

D’ici là, vous pouvez le visiter d’Avril à Octobre et soutenir sa candidature au patrimoine mondial ! 

Soutenez ici, la candidature du phare de Cordouan!