Déguster des vins bios et biodynamiques

Après une visite des chais de Bourgogne et d’Alsace, vous finirez probablement par croire que la culture biologique et biodynamique fait communément partie du paysage agricole français. En réalité, moins de 5000 producteurs détiennent la certification biologique et parmi ces derniers, 500 s’engagent à respecter les principes de la biodynamie. 15 d’entre eux se trouvent à Bordeaux. Un climat marginal, des domaines de grande taille et des propriétaires peu enclins à la prise de risque, telles sont les raisons fréquemment invoquées pour justifier la faible adhésion à cette agriculture qui préconise l’harmonie entre la vigne et son environnement. 

Dégustez des vins bios de Bordeaux

L'agriculture biologique du vin est caractérisé par 3 points essentiels : Le domaine ne doit pas utiliser d'OGM, doit recycler les matières organiques et doit être basé sur des méthodes préventives. Aujourd'hui, de plus en plus de vignerons décident de se mettre au vin bio en utilisant une agriculture biologique. Le château Guiraud à Sauternes vous fait visiter sa nouvelle méthode de production biodynamique, tout en vous faisant profiter d'une petite dégustation de vin bio à la fin de la visite. 

Bonne nouvelle pour les touristes ; la plupart des domaines pratiquant la culture biologique et biodynamique sont ouverts aux visites au cours desquelles les propriétaires défendent leur approche, non sans enthousiasme.

En Graves et Sauternes

Au Château Guiraud à Sauternes, la présentation des méthodes relevant de l’agriculture biologique constitue une étape majeure de la visite. Les hôtels à insectes et les potagers qui accueillent plus de 170 variétés de tomates différentes favorisent le développement d’une séduisante biodiversité dans le vignoble. L’été, des piques niques sont organisés sous les tilleuls qui surplombent le domaine. Au Château Climens à Barsac, une salle de séchage abrite des plantes telles les orties et la camomille, jusqu’à ce qu’elles soient prêtes pour l’infusion et vaporisées sur le vignoble afin de le protéger des maladies. Ce château étant très impliqué dans l’oenotourisme, les visiteurs peuvent découvrir cette salle parfumée, lors de leur visite, avant de déguster le célèbre vin doux.  

château guiraud - toile araignée  
Château Climens - Tisanerie  

Rive droite de la Garonne

Cependant, dans le Bordelais, la plus grande concentration de domaines ayant recours à la biodynamique se situe sur la rive droite de la Garonne, sans doute en partie car il s’agit d’exploitations familiales de plus petite taille.

La viticulture au Château Falfas dans les Côtes de Bourg a toujours favorisé la création d’un sol sain et de vins équilibrés. Le père de la propriétaire, Véronique Cochran, est l’homme à qui l’on attribue l’introduction des théories biodynamiques dans la production vinicole française, à travers ses interprétations de la philosophie de Rudolf Steiner. Un autre défenseur de cette méthode se trouve en Castillon Côtes de Bordeaux au Clos Puy Arnaud. Là-bas, Thierry Valette a recours à une étrange pratique consistant à enterrer une corne de vache remplie de silice en été. Les restes des mottes de terre sont ensuite mélangés à de l’eau et vaporisés plus tard sur les vignes afin de leur redonner de la vitalité. Alain Moueix des châteaux Mazeyres et Fonroque compte également parmi ces adeptes et selon lui, les plantes présentent une sensibilité aux mouvements cosmiques. Ainsi, le travail de la vigne s’adapte au cycle lunaire. Les visites des domaines valent le détour et se font uniquement sur rendez-vous. 

Château Mazeyres biodynamie  
Château Mazayres plante  
château Mazeyres - fleurs  

Medoc

Au cours des dernières années, dans le Médoc, un nombre croissant de domaines a également pris cette direction.

La présence grandissante d’animaux dans les vignobles en est la preuve la plus visible. Lors d’une visite à Pontet-Canet, il n’est pas rare de voir des chevaux et des ânes et le domaine possède également ses propres vaches qui fournissent le fumier nécessaire pour fertiliser les vignes. D’autres châteaux comme Palmer utilisent des moutons l’hiver pour brouter  le couvert végétal et les poules picorent les populations de chenilles. Ces méthodes peuvent sembler décalées cependant, même les plus sceptiques finissent par se laisser porter par l’enthousiasme que suscitent la passion des producteurs et la qualité incontestable de leurs vins.  

pontet-canet cheval  
Château Palmer - brebis