Comment lire une étiquette

Des explications pour mieux comprendre

Si choisir son vin peut être un vrai challenge, décrypter l'étiquette est souvent une source de mystère. Savoir faire le tri au regard de la richesse des informations présentées peut faire toute la différence en rayon.

Voici l'explication des deux catégories de mentions (obligatoires en orange et facultatives en bleu), pour mieux s'y retrouver.

Les mentions obligatoires (orange)

  • Mention relative à l’accord interprofessionnel du CIVB
  • Dénomination de vente : nom de l’AOC suivi de la mention « Appellation d’origine contrôlée ».
  • Identité de l’embouteilleur : nom, commune, pays, précédés de la mention obligatoire « mis en bouteille par… » ou « embouteilleur…». Pour tout achat en vrac, avec utilisation du nom de château : nom et adresse du négociant (ou nom de firme) et nom du viticulteur.
  • TAV (Titre alcoométrique acquis) : indication de la teneur en alcool.
  • Provenance : indication de l’État membre où les raisins ont été récoltés et vinifiés, sous la forme    « Produit de France » ou « Produit en France », ou termes équivalents.
  • Présence de substances allergènes.
  • Message sanitaire pour les femmes enceintes.
  • Volume nominal ou volume du vin contenu dans la bouteille.
  • Numéro d’identification du lot.

Les mentions facultatives (bleu)

• Mention d’une exploitation. Année de récolte et/ou nom du cépage.

• Mentions traditionnelles pour les vins AOC : cru classé, cru bourgeois…

• Mention relative à la teneur en sucre (obligatoire pour les vins mousseux).

• Mentions relatives à certaines méthodes de production : par exemple, « vin issu de raisins de l’agriculture biologique », etc.

• Mention ou contrôle métrologique, signifiant que le préemballeur certifie qu’il garantit la conformité de la contenance des récipients et qu’il se soumet à un contrôle particulier.