Les vignobles du monde

La Cité du Vin propose dans son parcours permanent une tour du monde des vignobles avec 20 régions viticoles et 17 pays présentés. Découvrir le monde à travers ses vignobles et ses vins c’est le rêve de tout oenotouriste qui s’attache à découvrir les cultures et les civilisations du vin.

Des vignobles ensoleillés du sud de l’Espagne aux vignes accrochées au flanc de la Cordillère des Andes ou des Alpes suisses ce sont des milliers de paysages époustouflants qui s’offrent à l’amateur. Ce sont aussi, dans chaque vignoble, des expériences uniques, des rencontres surprenantes avec des viticulteurs qui ont à cœur de partager leur culture du vin, leur expérience, leur espoir dans le millésime qui vient… et, bien sûr, une gastronomie que l’on apprécie jamais aussi bien qu’accordée aux vins du cru !

C’est ce qu’a fait Jean-Baptiste Ancelot qui nous parle ici du voyage initiatique qui l’a mené dans 92 contrées pour assouvir sa passion.

Carte-vignobles-du-monde

Interview de Jean-Baptiste Ancelot, Fondateur du projet Wine explorers

Premier recensement mondial de tous les pays producteurs de vin, son voyage inédit l’emmène à travers 92 contrées sur les cinq continents.

Comment est née cette aventure ?

J-B A : Le projet est né de la frustration de voir un certain nombre de vignobles merveilleusement décrits, en Europe essentiellement, et tous les autres complètement omis de la carte viticole mondiale. Au moins 92 pays composent pourtant la planète vin. Le plus petit est au Zimbabwe, avec un seul domaine de 12 hectares, mais qui mérite le déplacement. Nous avons décidé de sortir des sentiers battus et d’explorer ce qu’est le vin au XXIe siècle.

Jean-Baptiste Ancelot

4 ans de voyages, 1500 vignobles à visiter, n’est-ce pas répétitif ?

J-B A : Le seul moyen de comprendre le vin, c’est d’aller à la rencontre des viticulteurs et des terroirs. Il faut se rendre sur place pour ressentir le climat, goûter le raisin, rencontrer les gens et comprendre leur démarche. C’est cet environnement, son influence sur le produit et même pendant la dégustation, qui fait la richesse de l’expérience. Régulièrement, nous envoyons des échantillons du monde entier jusqu’à Bordeaux, pour créer une grande base de données du vin.

Avez-vous découvert beaucoup de vignobles qui prospèrent dans des conditions extrêmes ?

J-B A : Nous avons été surpris de déguster du vin de qualité en Ethiopie, à 2000 mètres d’altitude, de découvrir que certains pays Nordiques comme la Suède et le Danemark pouvaient produire des vins blancs, qu’il y avait de très grands Barbera au Nouveau Mexique, ou que le Brésil et la Belgique produisaient de magnifiques effervescents. Ce qui relie tous ces vignobles atypiques, c’est le challenge permanent, le grain de folie, et la passion humaine.